Tirecul la Gravière avec vous

La vie de notre domaine

Les 2006 enfin en bouteilles ! Des vins riches, soyeux et complexes. Pour toute réservation avant le 31 août, un tarif préférentiel vous sera accordé. Bon de réservation ICI

07 août 2009

Le phylloxera rôde toujours...

P7303739

Tous les amateurs de vins savent que ce puceron venu d'Amérique a dévasté les vignobles français à la fin du XIXème siècle. Celui-ci est arrivé dans notre pays parce des petits malins avaient voulu faire des croisements entre des vignes françaises et américaines. Or, les petites bêtes étaient logées dans les racines des plantes étazuniennes avec qui elles vivaient en bonne intelligence. Lorsqu'elles se sont attaquées aux vignes françaises, ce fut l'hécatombe que l'on sait. La seule parade fut de greffer des vignes française sur des porte-greffes américains. Du coup, les pucerons pouvaient piquer les racines autant qu'ils le voulaient : les nouvelles vignes ne bronchaient pas. Cette pratique continue de nos jours car il n'y a pas d'autre solution connue. Les chercheurs en ont même profité en sélectionnant des porte-greffes de plus en plus performants, soit en terme qualitatif, quantitatif, ou résistant par exemple à la chlorose.

Il  existe en ce moment une mode des vignes "franches de pied" (vigne plantées sans porte-greffe), car elles apporteraient plus d'intensité et de personnalité aux vins. Cela ne peut se faire que dans des sols très sableux que le phylloxera n'apprécie guère. Car sinon, l'ennemi rôde. Nous en avons les signes à Tirecul. Nous n'en avons pas parlé jusque là, mais une partie du cycle biologique du phylloxera se passe dans les airs. Et là, il s'attaque aux feuilles, formant des galles. Il y place ses oeufs à l'abri des intempéries et des traitements, et peut ainsi se reproduire tranquillement.

Curieusement, il ne s'attaque qu'à la muscadelle, laissant le sémillon tranquille. Beaucoup d'extrémités de rameau sont touchées, mais à part le côté inesthétique, ce n'est pas suffisamment virulent pour bloquer la photosynthèse du pied et nuire à la qualité du raisin.

Il n'empêche que l'insecte nous rappelle sa présence, et que ce n'est pas demain que nous ferons du franc de pied à Tirecul.

P7303741

Posté par Tirecul à 07:00 - A la vigne - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Impressionnant

    Je m'apprête à planter des francs de pied l'année prochaine, et espère que le terrain choisi est bien assez sablonneux pour ne pas voir ce genre de manifestation de la nature !

    En tout cas, bravo pour votre travail.

    Belles photos !

    Alexandre C

    Posté par Alexandre C, 07 août 2009 à 12:10

Poster un commentaire